Nephrologie

Accueil > HYPERCALCÉMIE - HYPOCALCEMIE (N° 265 et 266) (Maj mars 2016) > Hypocalcémie > TRAITEMENT

TRAITEMENT

Lorsque la cause est accessible à un traitement, la prise en charge est d’abord étiologique. Le traitement symptomatique s’adresser à :

- Apport de calcium per os (carbonate de calcium) : 500 mg à 1,5 g /jour en dehors des repas (administré au cours d’un repas, il se lie aux phosphates alimentaires et à l’oxalate pour former des sels insolubles et inabsorbables dans l’intestin)
- Apport de calcium parentéral (gluconate de calcium et chlorure de calcium) : en cas d’hypocalcémie symptomatique
- Correction d’une hypomagnésémie le cas échéant
- Correction d’une carence en vitamine D  : apports en vitamine D, sous forme de Vitamine D2 (ergocalciférol Stérogyl ® ) ou de vitamine D3 (cholécalciférol, Uvedose ® )
- Apport de vitamine D hydroxylé en position 1 en cas d’insuffisance rénale chronique : 1-alpha OH-vitamine D (Un-Alfa ® ) ou 1,25-(OH)2-vitamine D (Rocaltrol ® ). Ce traitement n’est pas approprié en car d’hyperphosphatémie.

[bleu clair]Considérations thérapeutiques particulières[/bleu clair]

JPEG Au cours de l’hypoparathyroïdie, le traitement repose sur l’administration combinée de calcium et de vitamine D active (Un Alfa ou Rocaltrol). L’objectif de ce traitement est d’atteindre la valeur de calcémie minimale pour laquelle le patient est asymptomatique, mais non d’obtenir une normocalcémie, qui ne pourrait se faire qu’au prix d’une hypercalciurie massive exposant au risque de lithiase urinaire et de néphrocalcinose.

JPEG Au cours de la rhabdomyolyse, la correction de l’hypocalcémie doit être prudente, car il existe au cours de la récupération des lésions tissulaires un risque d’hypercalcémie rebond (par mobilisation des dépôts calciques musculaires).