Nephrologie

Accueil > SYNDROMES ŒDEMATEUX (5 ed ) > II. ŒDEMES LOCALISES

II. ŒDEMES LOCALISES}

A. Signes cliniques

Ils se distinguent des œdèmes généralisés par  :
-  leur caractère parfois unilatéral ou asymétrique ;
-  une moins bonne redistribution en fonction de la déclivité ;
-  leur aspect parfois inflammatoire, dur, douloureux prenant moins bien le godet, voire cartonné ;
-  l’existence éventuelle d’une dermite ocre, ou de signes de maladie post-phlébitique ou vari-queuse associée ;
-  une pression veineuse centrale normale.

B. Diagnostic des œdèmes localisés

L’interrogatoire et l’examen recherchent des signes orientant vers 

Un obstacle veineux  :
-  thrombophlébite et ses séquelles ;
-  maladie variqueuse.

Certains médicaments  : essentiellement inhibiteurs calciques de type dihydropyridine, antagoniste de l’endothéline.

Un obstacle lymphatique  :
-  cancer (pelvien ou du sein) avec envahissement ganglionnaire ;
-  filariose.

Une pathologie inflammatoire locale  :
-  infection type érysipèle ;
- algodystrophie ;
-  piqûre d’insecte, traumatisme, allergie…

Le myxœdème de l’hypothyroïdie n’est pas un véritable œdème, la peau étant pâle, sèche, cireuse.