Nephrologie

Accueil > ANOMALIES DU BILAN DE L’EAU ET DU SODIUM (5 ed.) > INTRODUCTION

INTRODUCTION

Schématiquement, l’eau représente 60 % du poids du corps  : 40 % dans le secteur intracellulaire (SIC) et 20 % dans le secteur extracellulaire (SEC) qui comprend lui-même le secteur interstitiel (15 %) et le secteur vasculaire (eau plasmatique 5 %). La teneur en eau est plus faible chez la femme et elle diminue avec l’âge.

L’osmolarité est exprimée en mosm/l de plasma, alors que l’osmolalité, qui est le vrai reflet de la force osmotique des liquides extracellulaires est exprimée en mosm/kg d’eau.

L’osmolalité de ces compartiments est équivalente (environ 285 mosmol/kg d’eau) (figure 1).

Figure 1.

La quantité d’eau dans un secteur est étroitement liée à la concentration des solutés le composant, et ne diffusant pas librement dans le secteur adjacent. Ces substances sont appelées osmoles, et leur concentration est appelée osmolarité (lorsque rapportée au litre de plasma) ou osmolalité (lorsque rapportée au kg d’eau). L’osmolalité est la réelle force motrice physique qui régit les mouvements d’eau à travers la membrane cellulaire.

À l’état d’équilibre, l’osmolalité est identique entre le compartiment extracellulaire et le compartiment intracellulaire, et égale à environ 285 mOsmol/Kg (figure 1).

Un trouble de l’hydratation intracellulaire est la conséquence d’un bilan hydrique non nul (positif dans l’hyperhydratation intracellulaire et négatif dans la déshydratation intracellulaire), et s’accompagne obligatoirement d’une modification de l’osmolalité (hypo-osmolalité dand l’HIC et hyperosmolalité dans la DIC). Il peut être isolé ou s’accompagner d’un trouble de l’hydratation extracellulaire.

Un trouble de l’hydratation extracellulaire est la conséquence d’un bilan sodé non nul (positif dans l’hyperhydratation extracellulaire et négatif dans la déshydratation extracellulaire). Au sein du secteur extracellulaire, les mouvements d’eau sont régis par les différences de pression hydrostatique et oncotique (correspondant au pouvoir osmotique des protéines, qui ne passent pas librement la paroi vasculaire)