nephrologie manuel n°7
Slogan du site
Descriptif du site
QRM Synthèse : la classification des néphropathies
logo imprimer


[qrm]
Q 1. Les formules MDRD et CKD-EPI :

P1 A. Nécessitent le poids du patient
P2 B. Estiment directement le DFG indexé sur la surface corporelle
P3 C. Sont utilisées chez l’enfant
P4 D. Ne doivent pas être utilisées au cours de la grossesse
P5 E. Restent valides en cas de dénutrition

R2 R4



[qrm]
Q 2. Une hypocalcémie sévère peut être observée au cours de certaines insuffisances rénales aiguës. Laquelle ou lesquelles ?

P1 A. Tubulopathie myélomateuse
P2 B. Rhabdomyolyse
P3 C. Insuffisance rénale aiguë induite par les produits de contraste iodés
P4 D. Lysetumorale
P5 E. Surdosage en aminosides

R2 R4



[qrm]
Q 3. Devant une élévation rapide de la créatininémie, quel(s) est(sont) le(les) argument(s) en faveur d’insuffisance rénale aiguë glomérulaire ?

P1 A. Rapport U/P urée > 10
P2 B. Protéinurie majoritairement composée d’albumine
P3 C. Hématurie microscopique
P4 D. Leucocyturie aseptique
P5 E. Anémie hémolytique mécanique

R2 R3



[qrm]
Q 4. Lors du diagnostic d’une insuffisance rénale chronique :

P1 A. La recherche d’une étiologie est inutile car les lésions rénales sont non réversibles
P2 B. La réalisation d’une échographie rénale est recommandée
P3 C. L’échographie vésico-prostatique a peu d’intérêt dans ce contexte chronique
P4 D. La réalisation d’une électrophorèse des protéines plasmatiques est recommandée
P5 E. La réalisation d’un dosage d’HbAIc est recommandée

R2 R4



[qrm]
Q 5. Une insuffisance rénale chronique peut être secondaire à la prise au long cours de :

P1 A. Paracétamol
P2 B. Ciclosporine
P3 C. Digitaline
P4 D. Lithium
P5 E. Antiviraux contenant du ténofovir

R2 R4 R5


Mots-clés associés



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2