Bandeau
nephrologie manuel n°7
Slogan du site
Descriptif du site
Fiche flash Anomalies du bilan de l’eau et du sodium
logo imprimer

Troubles de l’hydratation


Les compartiments liquidiens de l’organisme suivent la règle des 20/40/60 :

— compartiment extracellulaire = 20 %

— compartiment intracellulaire = 40 %

— eau totale = 60 %


L’osmolalité plasmatique normale est de 285 mOsm/kg d’eau. Elle s’évalue par la formule :
Osmolalité =
Natrémie x 2 +glycémie (mmol/L)


L’évaluation du compartiment extracellulaire se fonde sur l’examen clinique


L’évaluation du compartiment intracellulaire se fonde sur l’osmolalité et donc le plus souvent sur la natrémie

Calcul du déficit ou du gain hydrique au cours des troubles de l’hydratation


Déshydratation extracellulaire :

— Déficit extracellulaire = 20 % x Poids x [(Ht observé/0,45) – 1]

Déshydratation intracellulaire :

— Déficit total en eau = 60 % x Poids x [(Na observé/140) – 1]


Hyperhydratation intracellulaire :

— Excès d’eau = 60 % x Poids x [(Na observé/140) – 1]

Synthèse des troubles de l’hydratation

Mécanismes Conséquences Signes cliniques Traitement
(++ traiter étiologie)
Déshydratation extracellulaire . Diminution
du pool sodé
.Contraction
du VEC

.Osmolalité normale
si DEC pure
.Hypotension
(orthostatique ++),
pli cutané,
perte de poids
.Apports hydrosodés PO ou par voie veineuse (soluté salé isotonique
± remplissage vasculaire)
.Vitesse de correction habituelle :
50 % du déficit en 6 heures
Hyperhydratation extracellulaire .Rétention de NaCl et d’eau .Expansion
du VEC
.Œdèmes,
prise de poids (± HTA)
.Régime restreint en NaCl (< 2g/j)
.Contrôle des apports hydriques
.Diurétiques de l’anse (+thiazidiques si efficacité insuffisante)
Déshydratation intracellulaire .Déficit hydrique .Hyper­osmolalité
.Hypernatrémie
.Contraction
du secteur
intracellulaire
.Soif, perte
de poids, troubles neurologiques
.Apports hydriques
(PO ou perfusion solutés hypotoniques)
.Compensation du déficit hydrique
.Vitesse de correction :
— d’autant plus lente que la DIC est chronique
— DIC chronique : diminuer la natrémie
de 0,5 mmol/L/h
sans dépasser 10 mmol/L/j
— DIC aiguë : diminuer la natrémie
de 1 à 2 mmol/L/h jusqu’à 145 mmol/L
risque : œdème cérébral
Déshydratation
globale
.Perte d’eau
et NaCl
.Pertes d’eau
> pertes de NaCl
.Signes
de DEC + DIC
.Apports hydro-sodés (Eau > NaCl
= soluté salé hypotonique à 4,5 g ‰).
Hyperhydratation intracellulaire .Capacités rénales ­d’élimination
de l’eau altérées ou dépassées
.Anomalies rénales
de la dilution
des urines
.Augmentation de la sécrétion d’ADH
.Hypo-­osmolalité
.Hyponatrémie
.Signes ­neurologiques
(confusion, coma),
prise de poids
..NaCl hypertonique (30‰) si signes
neurologiques de gravité
.HIC pure :
— restriction hydrique
— urée
— furosémide + NaCl
— tolvaptan après avis spécialisé
. HIC + HEC :
— restriction hydrique
— restriction sodée
— diurétiques
. HIC + DEC :
— NaCl isotonique (9 ‰)
.vitesse de correction
d’une hyponatrémie :
— d’autant plus lente que l’hyponatrémie est chronique
— asymptomatique : augmentation natrémie de 0,5/L/h sans dépasser 10 mmol/L/j.
.signes de gravité : + 5 mmol/L dans les 3 premières heures et ≤ 10 mmol/L/24 h
et ≤ 18 mmol/L /48 h.
.risque de la correction rapide :
myélinolyse centropontine

Mots-clés associés



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.16