nephrologie manuel n°7
Slogan du site
Descriptif du site
QRM. Elévation de la créatine
logo imprimer


[qrm]
Q 1. Quelle(s) variable(s) est (sont) commune(s) aux formules Cockcroft et CKD-EPI ?
P1 A. Poids
P2 B. Créatininémie
P3 C. Sexe
P4 D. Ethnie
P5 E. Âge

R2 R3 R5



[qrm]
Q 2. Concernant l’insuffisance rénale chronique, quel(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) ?
P1 A. Elle s’accompagne d’une réduction du nombre de néphrons fonctionnels
P2 B. Elle est définie par une baisse du DFG
P3 C. Elle s’accompagne d’une baisse du débit urinaire
P4 D. Elle peut être responsable d’une HTA
P5 E. Elle peut être responsable d’une hypovolémie

R1 R2 R4



[qrm]
Q3. Concernant l’insuffisance rénale aiguë, quel(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) ?
P1 A. Son diagnostic repose sur les variations de la créatininémie et non sur l’estimation du DFG
P2 B. L’association IRA fonctionnelle et œdèmes oriente vers une hypovolémie efficace
P3 C. La présence d’une protéinurie témoigne d’une atteinte parenchymateuse
P4 D. Une excrétion fractionnelle de l’urée basse oriente vers une origine organique
P5 E. L’insuffisance rénale fonctionnelle peut se compliquer d’une nécrose tubulaire aiguë

R1 R2 R3 R5



[qrm]
Q 4. Quel(s) est(sont) le(les) élément(s) compatible(s) avec une néphropathie interstitielle chronique diagnostiquée à un stade précoce ?
P1 A. Hypertension artérielle
P2 B. Hématurie
P3 C. Protéinurie > 3 g/24 h
P4 D. Antécédents d’infections urinaires récidivantes dans l’enfance
P5 E. Petits reins bosselés à l’échographie

R4 R5



[qrm]
Q 5. Devant une élévation rapide de la créatininémie, quel(s) est(sont) le(les) argument(s) en faveur d’insuffisance rénale aiguë glomérulaire ?
P1 A. Rapport U/P urée > 10
P2 B. Protéinurie majoritairement composée d’albumine
P3 C. Hématurie
P4 D. Leucocyturie aseptique
P5 E. Anémie hémolytique mécanique

R2 R3


Mots-clés associés



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2