nephrologie manuel n°7
Slogan du site
Descriptif du site
QRM Néphropathies diabétiques – Item 245
logo imprimer


[qrm]
Q 1. Quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) concernant la micro-albuminurie ?
P1 A. Elle est positive si elle est > à 30 mg/g
P2 B. Elle est positive si elle est > 3 mg/mmol
P3 C. Elle se traduit par une bandelette positive à 2+
P4 D. Elle nécessite une surveillance annuelle dès le diagnostic chez le diabétique de type 2
P5 E. Associée à une hématurie microscopique, elle signe l’existence d’une néphropathie diabétique

R1 R2 R4



[qrm]
Q 2. Concernant la néphropathie diabétique :
P1 A. La néphropathie diabétique peut être présente d’emblée lors du diagnostic du diabète de type 1
P2 B. La micro-albuminurie est un marqueur de complications vasculaires au cours du diabète de type 2
P3 C. La néphropathie diabétique peut se révéler par un syndrome néphrotique dans les 5 ans suivant le diagnostic de diabète de type 1
P4 D. L’HTA apparaît avant l’atteinte rénale au cours du diabète de type 1
P5 E. La rétinopathie est constamment présente en cas de néphropathie diabétique compliquant un diabète de type 1

R2 R5



[qrm]
Q 3. Parmi les signes histologiques suivants, lequel(lesquels) est(sont) compatible(s) avec le diagnostic de néphropathie diabétique ?
P1 A. Hypertrophie glomérulaire
P2 B. Prolifération de cellules épithéliales glomérulaires
P3 C. Expansion mésangiale constituant des nodules
P4 D. Présence de dépôts d’IgA sur le versant externe de la MBG
P5 E. Nécrose des cellules épithéliales tubulaires

R1 R3



[qrm]
Q 4. Concernant le traitement de la néphropathie diabétique :
P1 A. En cas de néphropathie au cours du diabète de type 1, les IEC ne sont prescrits que lorsqu’il existe une protéinurie ≥ 500 mg/g de créatininurie.
P2 B. Dans la néphropathie du diabète de type 2, les bloqueurs du système rénine-angiotensine réduisent la vitesse de progression de l’atteinte rénale
P3 C. Chez les patients avec diabète de type 1, le contrôle glycémique a pour objectif une HbA1c < 8 %
P4 D. L’objectif de réduction de la protéinurie est < 0,5 g/24 h chez les patients «  macro-protéinuriques  ».
P5 E. La cible tensionnelle optimale au cours de la néphropathie diabétique est < 120/80 mmHg

R2 R4



[qrm]
Q 5. Quelle(s) est(sont) la(les) propositions exacte(s) concernant la néphropathie du diabète de type II ?
P1 A. Il s’agit d’une deux principales causes d’insuffisance rénale terminale dans les pays occidentaux
P2 B. La prévalence de l’association à une sténose des artères rénales est élevée (10 à 50 % des cas)
P3 C. L’hypokaliémie en rapport est fréquente du fait l’hyporéninisme-hypoaldostéronisme associé
P4 D. Les diurétiques de type anti-aldostérones doivent être associés aux IEC
P5 E. La fréquence des complications infectieuses au cours du diabète contre-indique le recours à la dialyse péritonéale

R1 R2


Mots-clés associés



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2