Bandeau
Manuel de NÉPHROLOGIE 8 e édition
Slogan du site

Ce site fonctionne avec SPIP3 et bénéficie du squelette ESCAL élaboré par JC Villeneuve de la Délégation Académique pour le Numérique Educatif de l’Académie de Lyon et de l’assistance la communauté Escal

Fiche Flash 20-COMPLICATIONS VASCULO-RÉNALES DE LA GROSSESSE
  • 1. L’HTA au cours de la grossesse est potentiellement grave, d’autant plus qu’elle est associée à une protéinurie (pré-éclampsie, définie par l’association après 20 SA d’une HTA gravidique à une protéinurie > 300 mg/24 h ou > 30 mg/g de créatinine urinaire).
  • 2. La pré-éclampsie entraîne un risque de morbidité et de mortalité pour la mère et le foetus.
  • 3. La pré-éclampsie sévère est définie par une PA diastolique > 110 mmHg, une protéinurie > 3 g/24 h, une insuffisance rénale aiguë, une encéphalopathie hypertensive, une cytolyse hépatique, une CIVD ou un OAP. Elle précède l’apparition de l’éclampsie (crises convulsives généralisées).
  • 4. Le HELLP syndrome est défini par une hémolyse mécanique de type microangiopathique, une cytolyse hépatique, et une thrombopénie.
  • 5. Le bilan initial d’une HTA gravidique doit donc comporter impérativement : créatinine, protéinurie, NFS, plaquettes, ASAT, ALAT, uricémie.
  • 6. Le retentissement foetal doit être apprécié par un doppler des artères utérines, une biométrie, un rythme cardiaque foetal. Le retard de croissance intra-utérin est fréquent, ainsi que l’hypotrophie et la prématurité.
  • 7. Le traitement anti-hypertenseur n’améliore pas le pronostic foetal mais vise à protéger la mère de l’HTA sévère ou maligne. L’alpha-méthyldopa, le labétalol et la nicardipine ne sont pas contre-indiqués au cours de la grossesse. Les cibles de pression artérielle à atteindre sont : < 160mmHg pour la systolique et 85-100 mmHg pour la diastolique.
  • 8. L’accouchement est la seule mesure qui peut mettre fin à la pré-éclampsie. La crise éclamptique peut survenir dans les heures ou jours suivant l’accouchement.
  • 9. La consultation néphrologique doit avoir lieu au troisième mois du post-partum afin de vérifier la disparition de l’HTA et de la protéinurie en l’absence de tout traitement.
  • 10. La récidive lors des grossesses ultérieures est peu fréquente, mais une information sur ce risque doit être délivrée à la patiente. L’indication d’un traitement préventif par de l’aspirine est discuté en fonction du terme et du poids de naissance.
  • 11. Une pré-éclampsie précoce et compliquée de RCIU est associée à une augmentation du risque cardiovasculaire, et nécessite un suivi au long cours.
  • 12. Pré-éclampsie mise à part, la grossesse peut se compliquer d’insuffisance rénale aiguë fonctionnelle en cas de vomissements incoercibles du premier trimestre, et d’insuffisance rénale aiguë organique au troisième trimestre, en cas d’état de choc hémorragique lors de la délivrance, ou beaucoup plus rarement lors d’une poussée de microangiopathie thrombotique.

Ce site bénéficie du squelette ESCAL élaboré par JC Villeneuve de la Délégation Académique pour le Numérique Educatif de l’Académie de Lyon et de l’assistance la communauté Escal
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2018-2020 © Manuel de NÉPHROLOGIE 8 e édition - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.20