Bandeau
Manuel de NÉPHROLOGIE 8 e édition
Slogan du site

Ce site fonctionne avec SPIP3 et bénéficie du squelette ESCAL élaboré par JC Villeneuve de la Délégation Académique pour le Numérique Educatif de l’Académie de Lyon et de l’assistance la communauté Escal

Pour en savoir plus 14-INSUFFISANCE RÉNALE AIGUË
  Sommaire  

 Annexe 1

TechniquePrincipe
Hémodialyse intermittente Le sang est dialysé à travers la membrane de dialyse semi-perméable, contre un bain de dialyse qui circule à contre-courant.
Il est possible d’ultrafiltrer l’eau (jusqu’à 4 ou 6 litres), le NaCl et les autres petites
molécules.
Les séances durent en moyenne 4 à 6 heures.

Les débits de dialysat et du sang du patient
Hémodiafiltration continue Au principe de l’hémodialyse en continue est ajouté celui de l’ultrafi ltration en continue qui implique une compensation horaire pour éviter une perte de poids trop importante tout en améliorant la qualité de l’épuration. Les débits sont plus lents qu’en hémodialyse conventionnelle, mais compensés par la durée.
Dialyse péritonéale Cette technique utilise le péritoine comme membrane de dialyse.
Elle est très peu utilisée en France dans le cadre de l’IRA.

 Annexe 2

Les points forts à retenir
- Devant toute IRA, il faut éliminer un obstacle sur les voies excrétrices en pratiquant
systématiquement une imagerie rénale, ainsi qu’une IRA fonctionnelle par l’anamnèse,
l’examen clinique et l’ionogramme urinaire.
- Il faut systématiquement rechercher des complications qui sont des urgences thérapeutiques
et doivent motiver l’hospitalisation voire le transfert en réanimation. Ce
sont principalement l’hyperkaliémie (faire un ECG systématiquement) et l’OAP,
surtout si le patient est anurique, ainsi que l’état de choc. Il faut penser au risque de
surdosage médicamenteux lié à l’IRA (acidose lactique par surdosage en biguanide,
hémorragie par surdosage en anticoagulant direct …)
- Il faut connaître certaines règles de prescription :
• rechercher une sténose de l’artère rénale en cas d’IRA survenant après prescription
d’IEC ou d’ARAII ;
• chez le patient diabétique ou insuffisant rénal chronique, l’injection de produit
de contraste iodé doit être motivée et précédée d’une hydratation suffisante
(par du soluté salé) ;
• la prescription de médicaments néphrotoxiques doit être adaptée à l’âge, au
poids, à la fonction rénale et aux concentrations résiduelles (aminosides), en
veillant à maintenir une hydratation correcte du patient.


Ce site bénéficie du squelette ESCAL élaboré par JC Villeneuve de la Délégation Académique pour le Numérique Educatif de l’Académie de Lyon et de l’assistance la communauté Escal
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2018-2020 © Manuel de NÉPHROLOGIE 8 e édition - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.20