Bandeau
Physiologie et physiopathologie rénales
Slogan du site
Descriptif du site
III COMPORTEMENT RENAL DU SODIUM

Plus de 99% de la charge sodée est réabsorbée le long des tubules. La réabsorption sodée représente donc une des fonctions principales du travail des néphrons. De plus, de nombreux autres transports sont liés à la réabsorption du NaCl. La réabsorption sodée a lieu dans 4 segments du néphron.

[bleu marine] III.1. LE TUBULE PROXIMAL[/bleu marine]

Le tubule proximal réabsorbe 65 à 70% du sodium et du chlore. De manière notable, la réabsorption de sodium dans le tubule proximal est isoosmotique, c’est à dire qu’elle s’accompagne d’une réabsorption proportionnelle d’eau.

[bleu marine] TUBULE PROXIMAL [/bleu marine]

Dans la première moitié du tubule proximal, Na+ est réabsorbé en grande partie avec l’ion HCO3 - et de nombreux autres molécules telles que le glucose, les acides aminés, le phosphate inorganique (Pi),.

Des transports spécifiques favorisent l’entrée du sodium au pôle apical des cellules : par exemple, l’antiport Na+/H+ couple l’entrée de sodium à la sécrétion d’un ion H+. Autres exemples, le Na+ pénètre dans la cellule par des symports (cotransports), tels que le co-transport Na+-glucose, Na+-acide aminé, Na+-Pi, …

Le glucose et les autres molécules qui pénètrent ainsi dans la cellule traversent ensuite la membrane baso-latérale par des mécanismes passifs. Quant à lui, le Na+ sort à travers la membrane basolatérale de la cellule par un transport actif (transport contre le gradient électrochimique : la Na+,K+-ATPase et plus accessoirement par un co-transport Na+-HCO3-. (figures 1 et 2).

Enfin, la voie paracellulaire du tubule proximal est très perméable. Ces transports actifs entrainent une réabsorption passive d’eau et de chlore.

Figure 1 : Mécanismes de transport dans le tubule rénal

Figure 2 : Mécanismes de transport dans la cellule tubulaire proximale

[bleu marine] III.2. LA BRANCHE LARGE ASCENDANTE DE L’ANSE DE HENLE[/bleu marine]

Ce segment, imperméable à l’eau, réabsorbe environ 25% du NaCl filtré (figure 5).

Il y a 2 types de transports :

Les transporteurs

Entrée apicale par le co-transport Na+ -K+-2Cl - (NKCC2), qui transporte dans la cellule 1 ion Na+, 1 ion K+ et de 2 ions Cl-. La concentration du fluide tubulaire en K+ étant pauvre, la majorité du K+ réabsorbé retourne dans le fluide tubulaire par un canal K+ apical (ROMK), afin de maintenir une concentration suffisante de potassium dans la lumière pour que le symport NKCC2 continue à assurer la réabsorption du NaCl. Ce transport électrogénique de K+ hyperpolarise (charge +) la membrane apicale.

Le NKCC2 est la cible des diurétiques de l’anse comme le furosémide ou le bumétanide.

Le sodium sort de la cellule au travers de la membrane basolatérale par la Na+,K+- ATPase et le chlore par un canal spécifique ClC-Kb, ce dernier transport dépolarisant (charge -) la membrane basolatérale

La voie paracellulaire

L’inégalité de voltage des membranes apicales et basolatérales est responsables d’une d.d.p. transépithéliale lumière positive qui facilite le transport passif des cations par la voie paracellulaire. La moitié du sodium réabsorbé par ce segment l’est par la voie paracellulaire. Cette voie permet également la réabsorption de calcium et magnésium.

Puisque ce segment ne réabsorbe pas d’eau mais réabsorbe une quantité importante de NaCl, l’osmolalité du fluide tubulaire diminue le long de la branche large ascendante, appelée pour cette raison segment de dilution.

Figure 5 : Réabsorption du sodium dans la branche large ascendante

[bleu] III.3. LE TUBULE DISTAL ET LE TUBULE COLLECTEUR[/bleu]

Ces segments distaux assurent l’ajustement final de la composition de l’urine. Ils assurent la réabsorption de 5 à 10% du NaCl filtré. On distingue :

[bleu marine] LA PORTION INITIALE DU TUBULE DISTAL [/bleu marine]

Ce segment est imperméable à l’eau.

L’entré apicale de NaCl se fait grâce au symport Na+-Cl- (figure 6).

La sortie baso-latérale de Na+ utilise la Na+,K+- ATPase et celle de
Cl- utilise le canal Cl- ClC-Kb.

La dilution observée le long de la branche large ascendante continue donc.

Les diurétiques thiazidiques inhibent la réabsorption de NaCl dans ce segment.

Figure 6 : Réabsorption du sodium dans le tube contourné distal

[bleu marine]LE TUBULE CONNECTEUR ET LE CANAL COLLECTEUR [/bleu marine]

Plusieurs types cellulaires sont présents dans ce segment :

les cellules principales qui réabsorbent l’eau et le Na+, et sécrètent le K+

et les cellules intercalaires qui sécrètent les ions H+ par les cellules intercalaires de type A).).

Dans les cellules principales (figure 7), l’entrée apicale de Na+ est assurée par un canal sodique apical (ENaC). Ce canal est inhibé par l’amiloride et stabilisé à la membrane par l’aldostérone La sortie baso-latérale est assurée par la Na+,K+- ATPase. Cette dernière est très active dans ce segment et stimulée par l’aldostérone. Elle maintient une faible concentration intracellulaire de Na+, qui favorise la réabsorption à partir du fluide tubulaire.

Cette réabsorption sodée dépolarise la membrane apicale et crée une d.d.p. transépithéliale lumière négative, qui favorise en retour la sécrétion de potassium.

Figure 7 : Réabsorption du sodium dans le tube collecteur cortical 10

Ce site bénéficie du squelette ESCAL élaboré par JC Villeneuve de la Délégation Académique pour le Numérique Educatif de l’Académie de Lyon et de l’assistance la communauté Escal
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2010-2019 © Physiologie et physiopathologie rénales - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.21