I BILAN DE L’EAU

I. BILAN DE L’EAU

I.1. GENERALITES

L’eau représente 60% du poids du corps. Elle est répartie entre le secteur intra-cellulaire (SIC) pour 2/3 et le secteur extra-cellulaire (SEC) pour 1/3.
Pour un homme de 70 Kg, l’eau totale représente environ 42 litres avec une répartition de 28 L et 14 L respectivement pour les secteurs intra et extracellulaires.

JPEG - 60.5 ko

Répartition de l’eau dans les différents secteurs de l’organisme

Le rein est responsable de la régulation de la balance hydrique et assure l’élimination de la plus grande partie de l’eau.

Les autres voies d’élimination sont :
- la transpiration et la respiration (évaporation). Ces pertes d’eau sont dites insensibles, car elles ne sont pas perçues. Elles sont de faible volume en situation normale


Exemple de bilan hydrique à l’équilibre en température ambiante de 20°C.

JPEG - 80.2 ko

En situation physiologique et dans des conditions climatiques tempérées, les entrées, en dehors des boissons, sont globalement équivalentes aux pertes insensibles, et le volume urinaire attendu est donc proche du volume de boisson.
Dans des conditions climatiques chaudes, le débit urinaire devient inférieur au volume de boisson.

I.2. BILAN DE L’EAU – NOTION D’OSMOLALITE

Les volumes liquidiens de l’organisme sont dépendants des solutés qui y sont présents et qui ne peuvent passer librement dans un autre compartiment. Ces substances sont appelées osmoles. Les osmoles des compartiments intra et extracellulaires sont différents :

- les protéines et le K+ pour le SIC. La quantité d’osmoles intracellulaires est deux fois celle des osmoles extracellulaires (le volume intracellulaire est ainsi deux fois le volume extracellulaire), mais la concentration osmolaire (on parle d’osmolarité ou d’osmolalité) est identique dans les deux secteurs.

L’osmolarité correspond à la quantité d’osmoles par litre de plasma, l’osmolalité à la quantité d’osmoles par Kg d’eau plasmatique. La valeur normale d’osmolalité plasmatique est de 285 mOsmol/Kg. L’osmolalité intracellulaire est par définition identique, mais on ne la mesure pas.

L’osmolalité est une variable régulée, c’est à dire qu’elle est maintenue constante. C’est l’obtention d’un bilan nul d’eau qui permet de maintenir constante l’osmolalité.

Conséquences des anomalies du bilan hydrique sur l’hydratation intracellulaire.

HIC : hyper-hydratation intracellulaire, DIC : déshydratation intracellulaire

JPEG - 79.7 ko

Au final, les troubles du bilan de l’eau sont initiés dans le secteur extracellulaire mais conduisent à des troubles du secteur intracellulaire uniquement.

Comment évaluer l’osmolalité plasmatique ?

Le sodium est le cation majoritaire dans le plasma et donc l’osmolyte principal. Les autres osmolytes sont les anions l’accompagnant (en quantité équivalente) et le glucose. On peut ainsi grossièrement calculer l’osmolalité en utilisant la formule suivante :

Natrémie (mmol/L) x 2 + Glycémie (mmol/L) = 285 mOsmol/kg d’H2O.

Remarque : du fait de sa diffusion cellulaire libre, l’urée n’a pas de pouvoir osmotique réel car sa concentration de part et d’autre de la membrane est identique (osmole inefficace).

De façon encore plus simple, on peut extrapoler les modifications de l’osmolalité plasmatique et donc des troubles du SIC à la seule natrémie.

- hyponatrémie = hyperhydratation intra-cellulaire

- hypernatrémie = déshydratation intra-cellulaire


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 10 mars 2016
par  Webmestre

.

.