Chapitre entier

jeudi 10 mars 2016
par  Webmestre
popularité : 77%

PDF - 331.1 ko

REGULATION DU BILAN HYDRIQUE (maj mars 2016)

I. BILAN DE L’EAU

I.1. GENERALITES

L’eau représente 60% du poids du corps. Elle est répartie entre le secteur intra-cellulaire (SIC) pour 2/3 et le secteur extra-cellulaire (SEC) pour 1/3.
Pour un homme de 70 Kg, l’eau totale représente environ 42 litres avec une répartition de 28 L et 14 L respectivement pour les secteurs intra et extracellulaires.

JPEG - 60.5 ko

[bleu marineRépartition de l’eau dans les différents secteurs de l’organisme[/bleu marine

Le rein est responsable de la régulation de la balance hydrique et assure l’élimination de la plus grande partie de l’eau.

Les autres voies d’élimination sont :
- la transpiration et la respiration (évaporation). Ces pertes d’eau sont dites insensibles, car elles ne sont pas perçues. Elles sont de faible volume en situation normale


Exemple de bilan hydrique à l’équilibre en température ambiante de 20°C.

JPEG - 80.2 ko

En situation physiologique et dans des conditions climatiques tempérées, les entrées, en dehors des boissons, sont globalement équivalentes aux pertes insensibles, et le volume urinaire attendu est donc proche du volume de boisson.
Dans des conditions climatiques chaudes, le débit urinaire devient inférieur au volume de boisson.

[bleu marine I.2. BILAN DE L’EAU – NOTION D’OSMOLALITE[/bleu marine

Les volumes liquidiens de l’organisme sont dépendants des solutés qui y sont présents et qui ne peuvent passer librement dans un autre compartiment. Ces substances sont appelées osmoles. Les osmoles des compartiments intra et extracellulaires sont différents :

- les protéines et le K+ pour le SIC. La quantité d’osmoles intracellulaires est deux fois celle des osmoles extracellulaires (le volume intracellulaire est ainsi deux fois le volume extracellulaire), mais la concentration osmolaire (on parle d’osmolarité ou d’osmolalité) est identique dans les deux secteurs.

L’osmolarité correspond à la quantité d’osmoles par litre de plasma, l’osmolalité à la quantité d’osmoles par Kg d’eau plasmatique. La valeur normale d’osmolalité plasmatique est de 285 mOsmol/Kg. L’osmolalité intracellulaire est par définition identique, mais on ne la mesure pas.

L’osmolalité est une variable régulée, c’est à dire qu’elle est maintenue constante. C’est l’obtention d’un bilan nul d’eau qui permet de maintenir constante l’osmolalité.

Conséquences des anomalies du bilan hydrique sur l’hydratation intracellulaire.

HIC : hyper-hydratation intracellulaire, DIC : déshydratation intracellulaire

JPEG - 79.7 ko

Au final, les troubles du bilan de l’eau sont initiés dans le secteur extracellulaire mais conduisent à des troubles du secteur intracellulaire uniquement.

[bleu marineComment évaluer l’osmolalité plasmatique ?[/bleu marine

Le sodium est le cation majoritaire dans le plasma et donc l’osmolyte principal. Les autres osmolytes sont les anions l’accompagnant (en quantité équivalente) et le glucose. On peut ainsi grossièrement calculer l’osmolalité en utilisant la formule suivante :

Natrémie (mmol/L) x 2 + Glycémie (mmol/L) = 285 mOsmol/kg d’H2O.

Remarque : du fait de sa diffusion cellulaire libre, l’urée n’a pas de pouvoir osmotique réel car sa concentration de part et d’autre de la membrane est identique (osmole inefficace).

De façon encore plus simple, on peut extrapoler les modifications de l’osmolalité plasmatique et donc des troubles du SIC à la seule natrémie.

- hyponatrémie = hyperhydratation intra-cellulaire

- hypernatrémie = déshydratation intra-cellulaire

II. ROLES DU REIN DANS LE BILAN DE L’EAU

II.1. CONCEPT HOMEOSTATIQUE – EXEMPLE

D’ADAPTATION RENALE AUX VARIATIONS HYDROOSMOLAIRES

Le bilan hydrique nul est obtenu par adaptation des sorties rénales aux entrées d’eau. Le rein est donc l’organe assurant l’homéostasie hydrique, par ses fonctions de concentration et de dilution de l’urine. Par des variations des taux d’ADH, le rein atteint l’osmolarité urinaire qui permet de façon simultanée un bilan nul d’eau (garant d’un VIC stable) et d’osmoles (garant d’un VEC stable).

[bleu marineExemples[/bleu marine  :

. Apport osmotique Apport hydrique Osmo U Volume U ADH
1 600 2 L 300 mOsmol/L 2 L moyen
2 600 6 L 100 mOsmol/L 6L bas
3 600 0.5 L 1200 mOsmol/L 0.5 L élevé
4 200 2 L 100 mOsmol/L 2 L bas
5 900 2 L 450 mOsmol/L 2 L moyen

Ainsi, chez le sujet normal, l’osmolalité urinaire peut varier de 50 (dilution maximale lorsque les apports en eau sont élevés et/ou les apports osmolaires faibles) à 1200 mOsm/kg/H20 (concentration maximale lorsque les apports en eau sont faibles et/ou les apports osmolaires élevés).

Les troubles du bilan de l’eau peuvent donc être liés :

- à une anomalie de la régulation de l’eau
- et/ou à des apports hydro-osmolaires déséquilibrés ne permettant pas d’obtenir un bilan nul d’eau malgré une boucle de régulation normale. En moyenne, les troubles du bilan de l’eau liés aux entrées n’apparaissent que pour une volume inférieure à 0,5 litre (risque d’hypernatrémie) ou supérieur à 10 litres (risque d’hyponatrémie), mais cette tolérance dépend individuellement des apports osmolaires.

Il est important de comprendre que le rein contrôle l’excrétion d’eau indépendamment du bilan d’autres solutés tels que le sodium, le potassium….. La régulation du bilan de l’eau est essentiellement assurée par l’ADH, selon la boucle homéostatique suivante :

Acteurs :
- 1. Variable régulée = Osmolalité (Natrémie)
- 2. Sensor = Osmorécepteurs centraux
- 3. Système hormonal ou neuro-hormonal = ADH
- 4. Effecteur rénal = Aquaporines (Canal collecteur médullaire)

JPEG - 65.2 ko

DFG : débit de filtration glomérulaire

[bleu marine II.2. TRANSPORT TUBULAIRE RENAL DE L’EAU. MECANISMES DE CONCENTRATION-DILUTION[/bleu marine

La charge filtrée d’eau libre est d’environ 180 litres par jour pour une fonction rénale normale (120 ml/min). L’eau plasmatique ainsi filtrée va subir une réabsorption nette importante, la quantité finale excrétée étant égale à la quantité ingérée (selon le principe de l’homéostasie hydrique).

De façon schématique, le transport tubulaire de l’H20 peut être décrit en 2 étapes :

Etape 1  : le long des parties proximales du néphron jusqu’à la fin du tube contourné distal
Etape 2  : le long du canal collecteur

JPEG - 58.6 ko

PARTIES PROXIMALES DU NEPHRON è FIN DU TUBE CONTOURNE DISTAL :
- Réabsorption de la quasi totalité de l’eau et du NaCl filtré (1)
- Création d’un gradient osmotique cortico-papillaire (2)
- Délivrance d’une urine hypotonique au canal collecteur (3)

JPEG - 67.8 ko

[bleu marine Tube contourné proximal (TCP) [/bleu marine

Dans cette partie du néphron, les 2/3 de l’eau filtrée (120 L/j) sont réabsorbés. La réabsorption d’eau se fait par voie paracellulaire et transcellulaire facilitée, en suivant la réabsorption active du Na+, et de manière isotonique. Par conséquent, l’osmolarité du fluide tubulaire à la sortie du TCP n’est pas modifiée.

JPEG - 57.6 ko

[bleu marine Anse de Henle [/bleu marine

Cette portion du néphron permet d’une part de réabsorber 25% de l’eau, et d’autre part de créer un gradient osmotique cortico-papillaire (osmolarité urinaire et interstitielle 20 fois supérieure dans la médullaire rénale que dans le cortex),
grâce à une réabsorption dissociée d’eau et de Na+.

Génération du gradient cortico-papillaire  :

- Réabsorption de Na+ sans H20 dans la branche ascendante large (BAL) de l’anse de Henle, par l’intermédiaire du cotransport Na/K/2Cl apical, selon un gradient de Na+ généré par la Na/K ATPAse basolatérale

- Réabsorption d’H20 sans Na+ dans la branche descendante

Ceci rend compte d’une concentration progressive du fluide tubulaire dans la
branche descendante puis d’une dilution dans la branche ascendante. A la fin de la
BAL, l’osmolarité urinaire est à nouveau à environ 300 mOsmol/L.

Par ailleurs , le gradient cortico-papillaire est favorisé par :

- la disposition en épingle à cheveux de l’anse de Henle, qui entraîne une multiplication du phénomène de concentration-dilution (boucle d’amplification – Cf schéma ci-dessous)
- La réabsorption d’urée dans la partie terminale et médullaire du
néphron, participant ainsi pour 1/3 du gradient osmotique corticopapillaire
- La disposition du réseau vasculaire péri-tubulaire (vasa recta)
- Chez l’homme, l’osmolarité médullaire maximale est d’environ 1200 mOsmol/L
- La génération du gradient cortico-papillaire nécessite la réabsorption de Na par la BAL. Par conséquent, le furosémide, diurétique inhibiteur du cotransport Na/K/2Cl supprime le gradient cortico-papillaire.

L’anse de Henle est une particularité anatomique des mammifères. Plus l’anse
est longue, plus le gradient cortico-papillaire est important. Par exemple, le castor a
des anses courtes et un pouvoir maximal de concentration de 500 mOsmol/L11 (environ 1,5 fois la valeur du plasma). A contrario, la gerboise du désert a des anses
longues et un pouvoir maximal de concentration de 9000 mOsmol/L (environ 30 fois
la valeur du plasma).

JPEG - 55.2 ko

[bleu marine Tube contourné distal

/bleu marine

Dans cette portion, la réabsorption de Na+ est couplée au Cl- (co-transport Na-
Cl sensible aux diurétiques thiazidiques) et ne s’accompagne d’aucune réabsorption
d’eau. Par conséquent, l’osmolarité urinaire diminue dans cette portion du néphron,
passant de 300 mOsmol/L (fin de la BAL) à environ 50 mOsmol/L (fin du TCD). On
parle de segment de dilution. Cette valeur d’osmolarité urinaire à l’entrée dans le
canal collecteur est la plus basse du tubule rénal (dilution maximale).

JPEG - 40 ko

Cette première étape participe donc indirectement à la régulation de l’eau en
créant les conditions nécessaires aux fonctions de concentration dans le canal
collecteur (étape 2).

PARTIE TERMINALE -

C’est la portion du néphron qui permet l’homéostasie hydrique en adaptant
finement l’excrétion d’eau aux entrées d’eau.

A l’entrée dans le canal collecteur, 95% du Na+ et de l’H20 ont déjà été
réabsorbés (la régulation fine se faisant sur les 5% restants). L’urine délivrée est
hypotonique (50 mOsmol/L), sauf anomalie du segment de dilution (prise de
diurétique thiazidique, insuffisance rénale avancée).

La concentration des urines entre l’entrée et la sortie du canal collecteur est
obtenue par réabsorption d’eau. Deux conditions sont nécessaires à cette
réabsorption :
- une force motrice = différence de concentration osmolaire entre le fluide
tubulaire et l’interstitium (transépithélial). Cette différence est amplifiée par le
gradient cortico-papillaire.
- un épithélium perméable à l’eau (fonction de l’ADH)

Remarque  : ne pas confondre le gradient de concentration osmolaire transépithélial (entre la lumière tubulaire et l’interstitium), moteur de la
réabsorption d’eau dans le canal collecteur, et le gradient cortico-papillaire (entre la
médullaire et le cortex au sein de l’interstitium).

JPEG - 58.8 ko

Schéma récapitulatif

JPEG - 98.6 ko

III. L’ADH

III.1. STRUCTURE

L’ADH est un petit peptide de 9 acides aminés synthétisé par les cellules neuroendocrines de l’hypothalamus. Le gène correspondant est situé sur le
chromosome 20 et code pour une pré-pro-hormone. Après clivage du peptide
signal, l’ADH est stockée dans des granules neurosécrétoires qui sont transportés le long d’un axone dans la post-hypophyse, où ils sont stockés.
L’ADH est libérée selon les besoins, en réponse à l’hyperosomolalité ou à
l’hypovolémie. Sa demie-vie est très courte (quelques minutes).

III.2. RECEPTEURS

L’ADH a deux types de récepteurs : V1 et V2.

Les récepteurs V1 sont présents au niveau vasculaire et plaquettaire et
confèrent à l’ADH une action vasoconstrictive et hémostatique, sans lien avec
le bilan hydrique.

Les récepteurs V2 sont situés à la membrane baso-latérale des cellules
du canal collecteur rénal et sont impliqués dans la fonction de réabsorption
d’eau par l’ADH.

III.3. EFFETS SUR LE REIN

L’ADH a pour principal rôle d’augmenter la perméabilité à l’eau du tube
collecteur. L’ADH se fixe au récepteur V2 (V2R), situé au pôle baso-latéral des
cellules du tube collecteur. Ce récepteur est couplé à une protéine G
stimulatrice et augmente l’AMPc intra-cellulaire. La protéine kinase A permet
l’insertion à la membrane apicale de vésicules contenant un canal à eau
appelé aquaporine 2 (AQP-2).

L’eau ainsi absorbée quitte la cellule par le pôle basolatéral qui est
perméable à l’eau en permanence du fait de la présence d’aquaporines 3 et 4.

En l’absence d’ADH, l’AQP-2 apicale est ré-internalisée et la membrane
apicale redevient imperméable à l’eau.

JPEG - 42.3 ko

III.4. MISE EN JEU PHYSIOLOGIQUE DE L’ADH

L’ADH est sécrétée principalement en réponse :
- à un stimulus osmotique (hyperosmolalité)
- à un stimulus hémodynamique (hypovolémie) via des barorécepteurs et l’angiotensine 2.

- [bleu marine Contrôle osmotique de la sécrétion d’ADH  :[/bleu marine

Les osmorécepteurs hypothalamiques sont très sensibles à des faibles
variations (1%) de l’osmolalité plasmatique. Quand l’osmolalité plasmatique
augmente, les osmorécepteurs envoient des signaux aux cellules posthypophysaires
qui sécrètent alors rapidement l’ADH. On appelle « set-point  »
le seuil d’osmolalité plasmatique à partir duquel la sécrétion d’ADH
commence. Ce set-point varie d’un individu à l’autre entre 280 et 290
mOsmol/kg d’eau.

- [bleu marine Contrôle volémique de la sécrétion d’ADH  :[/bleu marine
- Toute diminution du volume sanguin ou toute diminution de la pression
artérielle stimule la sécrétion d’ADH. Les récepteurs qui interviennent sont
des barorécepteurs « basse pression » (situés dans l’oreillette gauche et les
vaisseaux pulmonaires) et des récepteurs « haute pression » (situés dans la
crosse aortique et le sinus carotidien). Ils sont sensibles à des variations de 5
à 10% de volume ou de pression. Par aileurs, différentes hormones dont
l’angiotensine 2 stimulent également la sérétion d’ADH.

La stimulation de l’ADH par l’hypovolémie n’intervient que pour des
variations importantes du VEC (diminution du VEC de 10% ou plus).

JPEG - 33 ko

IV. LA SOIF

L’homéostasie de l’eau diffère des autres boucles hosméostatiques par la
possibilité de voir les entrées d’eau modifiées par l’état d’hydratation, via la
sensation de soif. L’homéostasie des électrolytes est à contrario une adaptation
exclusive des sorties rénales aux entrées.

Quand l’osmolarité plasmatique augmente (stimulation des osmorécepteurs)
ou quand le volume sanguin diminue (stimulation des barorécepteurs et à un
moindre degré de l’angiotensine 2), la sensation de soif apparaît par stimulation des
centres de la soif localisés dans l’hypothalamus. Comme pour le seuil de sécrétion
de l’ADH, il existe des variations dans le seuil de la soif d’un individu à l’autre.

JPEG - 57.2 ko
JPEG - 45 ko

V. AUTO-EVALUATION

QCM1. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui sont exactes ?

A- Une osmolarité urinaire à 50 mOsmol/L traduit l’absence de réabsorption
d’eau dans le canal collecteur

B- En l’absence d’ADH, l’osmolarité urinaire ne peut pas atteindre la valeur
maximale de concentration

C- Une osmolarité urinaire à 1200 mOsmol/L traduit forcément la présence
d’ADH

D- L’ADH n’est pas nécessaire à l’établissement du gradient cortico-papillaire

E- L’ADH agit sur le tubule rénal via les récepteurs V1

Réponses  : A-B-C-D

QCM2 : Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui sont exactes ?

A- Le tube contourné proximal réabsorbe plus de la moitié de l’eau filtrée par le
glomérule

B- L’osmolarité du fluide tubulaire est minimale à la fin du Tube Contourné
Distal

C- La réabsorption d’H20 dans le canal collecteur est paracellulaire

D- Dans l’anse de Henlé, la réabsorption d’H20 et de Na+ ne se font pas dans
les mêmes segments

E- La charge hydrique filtrée est égale au débit de filtration Glomérulaire

Réponses  : A-B-D-E

QCM3 : Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui sont exactes ?

A- L’hormone anti-diurétique (ADH) est une hormone peptidique synthétisée
par la post-hypophyse

B- La sécrétion d’ADH est stimulée par l’hyperosmolalité et l’hypervolémie

C- L’ADH perméabilise le canal collecteur à l’eau en activant l’expression à la
membrane apicale de l’aquaporine de type 2

D- La présence d’ADH est nécessaire et suffisante pour concentrer les urines

E- Le pouvoir maximal de concentration des urines est dépendant du gradient
cortico-papillaire

Réponses : C-E


Portfolio

JPEG - 99.6 ko

Navigation

Articles de la rubrique

  • Chapitre entier